Dragon Ball

Aujourd’hui, j’écoutais des épisodes de Dragon Ball Super… Je sais, c’est probablement la série qui est le plus loin de notre société contemporaine capitaliste occidentale… On pourrait alors me demander pourquoi je prends la peine d’en parler alors que je devrais écrire des blogs sur l’abrutissement de la masse en lien avec les cellulaires, sur l’actualité politique (on ne manque pas de nouvelles sensationnelles de ce côté ce temps si avec Trump…) ou encore de la façon dont on peut critiquer l’art contemporain qui n’est fait que pour être reproduit et qui n’a plus d' »aura »… et ce serait justifié.

Laissez-moi toutefois m’expliquer !

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Dragon Ball (honte à vous !), c’est principalement l’histoire de Goku, un extra-terrestre à apparence humaine parmi les derniers représentants de sa race de combattants exceptionnels qui s’est établi sur Terre suite à la destruction de sa planète natale (non, ce n’est pas Superman, même ça y ressemble beaucoup…). Tout au long de la série, on voit son évolution : il s’entraîne, augmente sa puissance, combat les adversaires toujours plus forts les uns que les autres et est considéré comme un héro par la suite.

Je n’ai pas pu m’empêcher d’y voir une analogie à la philosophie américaine du « rêve américain ». Après tout, le rêve américain, c’est partir de rien, bâtir son propre succès et devenir fortuné avec une famille et un chien, etc. Dans Dragon Ball, on nous montre qu’en partant de rien, on peut persévérer, s’entraîner et devenir le plus fort dans l’univers (ou le plus fortuné en Amérique…). De plus, un peu comme les américains représentent le succès avec un modèle bien précis de l’homme qui a du succès, on nous montre Goku. Ce dernier est extraverti, il pense différemment des autres, il est heureux, insouciant, mais persévérant et il n’abandonne jamais. Bien évidemment, il réussi tout ce qu’il entreprend. Il travaille dure et ne connait l’échec que rarement et encore là, ce n’est qu’éphémère et ça lui sert de leçon afin qu’il revienne à la charge et réussisse « plus ». La principale différence est que dans Dragon Ball, Goku amasse de la puissance alors qu’en Amérique, c’est l’argent qui est important.

J’étais étonné au départ de voir la ressemblance entre le concept du rêve américain et, à y penser plus en profondeur, plusieurs animés japonais du type de Dragon Ball. Apparemment, la même philosophie est adoptée de nos jours par plusieurs nations.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s