Zombie digitale

J’écoute souvent des vidéos de conférences où des gens parlent de leur expérience avec les médias de masse, avec leur addiction à l’internet ou à quelconque dispositif technologique (souvent le téléphone intelligent, mais également parfois une console de jeu, un laptop, etc.). La plupart du temps, les orateurs demandent aux spectateurs présents dans la salle de fermer leurs téléphones. Toutefois, l’un d’entre eux à demander à chacun de donner son téléphone à la personne assise à sa gauche et de le reprendre seulement à la fin de la présentation. Immédiatement, une ambiance extrêmement tendue s’est installée dans la salle. Je n’ai pu m’empêcher de m’imaginer moi-même donner mon téléphone à la personne à ma gauche et un léger sentiment de panique m’envahit alors. Je trouve intéressant qu’une telle réaction se produise en lien avec un appareil électronique puisqu’on associe généralement ce genre de réactions aux « drogués » en manque tels qu’ils sont généralement représentés ou imaginés. Bref…

Les médias sociaux nous déconnectent. Une recherche (je vais inclure le lien ici lorsque je le retrouverai) faite en 2001 aux États-Unis par un institut (dont le nom sera également à inclure…) montrait qu’en moyenne, chaque individu estimait avoir 10 amis proches. Ce même institut renouvela sa recherche en 2014 et les résultats montraient dorénavant que chacun estimait avoir seulement 2 amis proches. Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte ici, mais selon moi facebook et les téléphones cellulaires sont parmi les plus importants, sinon LES plus importants (en mentionnant facebook, j’inclus ici tous les médias sociaux du même genre : Instagran, Twitter, etc.).

family on cellphones.jpg

Des familles comme celle-ci, j’en vois tous les jours et je dois avouer que même dans les « party » de famille, je remarque que mes frères/soeurs/cousins/cousines/etc. utilisent de plus en plus leur téléphones lorsqu’ils n’ont plus rien à dire, même si l’on est regroupé dans le salon en pleine discussion. Je remarque même parfois des couples assis dans un restaurant qui sont clairement sur une « date », mais qui sont chacun sur leur téléphone. C’est extrêmement étrange de voir cela, car de un cette situation n’aurait pas pu exister il y a quelques années et de deux cela signifie que chacun préfère être « ailleurs » que dans le moment présent, c’est-à-dire avec leur chum/blonde ou futur-possible/chum/blonde dans mon exemple. Lorsque l’activité en cours sur le téléphone est du « texting » ou « facebooking », c’est encore pire selon moi, car cela montre qu’il y a quelqu’un à l’autre bout de l’écran qui est plus important que la personne qu’on a droit en face de nous.

Publicités

1 réflexion sur « Zombie digitale »

  1. […] Au vues des mots que tu as utilisé (party, chum, blonde), tu dois être un québécois. Je précise ça car cela prouve bien que ton questionnement et ta réflexion, que je partage tout autant sont internationales. Les téléphones intelligents sont partout et sont devenus, j’ai l’impression, la source primaire des interactions sociales. Tu disais bien cela lorsque tu décrivais ce que tu avais vu (couple, famille, amis). Il est très intéressant aussi que tu ais mis en corrélation cet article avec une étude de l’amitié (combien d’amis réels/proches avons-nous?). Car en effet, nous sommes entrée dans la période du socio numérique, et pourtant sommes nous plus facilement « sociaux », ouverts aux autres ? Je pense que pour penser notre société, il faut aussi penser à cette philosophie de vie qui a évoluer : nous ne vivons plus pour les autres ou pour nous et les autres mais pour nous seul. Ton article me fait penser à un épisode de Black mirror (celui avec les profils avec les notes, si tu ne l’as pas vu je te le recommande). Dans cet article, au final, les gens sont amis ensemble car ils ont la même note ou proche (ils sont à un même niveau). Parfois, les amitiés socio numériques sont peut être plus faites pour nous flatter nous-même (instagram, Facebook, twitter) : plus nous avons d’abonnés, d’amis, plus nous sommes reconnus, plus nous sommes vues, plus nous sommes appréciés. Et c’est peut-être en ce sens que les individus aujourd’hui ont de moins en moins d’amis : car il faut réapprendre progressivement à s’intéresser aux autres, tout en étant dans une société hyper individualiste et très séductrice je dirais (pour reprendre la réflection du dernier cours). Il faut se libérer, vouloir rencontrer, échanger sans profit. Lien de l’article : https://mediasdemasseblog.wordpress.com/2017/03/16/zombie-digitale […]

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s